la balade de ZERØ à l'infini

la balade de ZERØ    à l'infini

Semaine de Jacques et André à Saeboe ( rédigé par Jacques)

Article rédigé par Jacques.

 

SAEBO  Mars  2014

Pièce en 3 actes

 

 Acte 1 : il se déroule du 7 au 14 mars ( le rideau se lève sous  un déluge de pluie)

- heureusement  un  voilier  c’est étanche !

- et  puis ça flotte , au moins on ne risque rien.

- finalement on a de la chance qu’il fasse mauvais et que la neige soit très haute (600m)

- vous avez raison, imagine toi ces 3 jours d’attente pour récupérer nos skis, si des fois qu’on ait eu de la neige et du beau temps. On aurait pété un câble !

- sans compter qu’on n’aurait pas eu le temps d’apprécier  la bibliothèque de ZERØ , l’intimité du carré et…

- et les parties  surprises de relevage du filet

- ouais ,on a fait des progrès en art culinaire

- et même en anglais ; en côtoyant assidument les personnalités incontournables du village

- qui se sont montrées très avenantes , à mille milles de l’image que l’on véhiculait de vikings aussi  glaciaux que les eaux de leurs fjords.

- moi  j’aurais aimé voir si notre voilier peut naviguer… il est soudé au ponton

 

     Bref, le metteur en scène décide de couper court à toutes ces récriminations en faisant un bilan objectif du rapport skis de notre séjour : un assez joli sommet (quand il fait beau !) qui domine notre fjord : le Skarasalen (1546m) et  une courte (600m) mais belle descente sans oublier une balade à pied.

 

Acte 2 : il se déroule du 14 au 21 mars (le rideau se lève sous un rideau de pluie et de neige alternativement )

- heureusement que nous allons avoir de la neige, ça devrait être mieux que les malchanceux de la semaine passée !

- ouais, on devrait pouvoir chausser les skis sur le ponton quand nous les aurons récupérés, dans 3 jours

…….. /……/

- dommage que ce vent « puissant » nous interdise de sortir du port de Saebo , on pourrait découvrir autre chose que ce village (charmant) que nous connaissons parfaitement et qui…

 

    Bref, le metteur en scène craignant les redites , décide de couper court à ces constatations et fait constater que nous avons pu faire un sommet : le Skarasalen , et que la vue était bien meilleure que la semaine passée ou les pôvres n'ont pu admirer que le galbe de leurs spatules.

 

Acte 3 : il se déroule du 21 au 27 mars (le rideau se lève à Alesund sur une averse soutenue de neige (fort humide)

- on va faire un courrier de protestation à la KLM pour l’absence de nos skis…

   Le metteur en scène allait couper court au dialogue , quand, depuis les coulisses un opérateur lui glissa qu’il venait de recevoir un courrier et qu’il pourrait récupérer ses foutus skis avec juste un jour de retard, s'ils se magnaient le popotin, cré nom de nom !

Et qu’en plus la météo allait y mettre du sien.

Et ce furent de vraies promesses, pas des incantations de politicien….

 

Donc nous avons pu découvrir le fjord au-delà du ponton, entre 2 parties de relevage du filet et ce avec une neige globalement très bonne. Parmi  tous ces noms géographiques à dormir debout, nous avons retenu les noms de belles courses à skis menées à bien grace au concours du taxi de l’hôtel ; excepté pour le massif du Kolastinden ou ZERØ nous a laissé  (et repris) au ponton de Store Standal.

     Donc nous avons pu fouler le Grotdalstindane (1331m) puis le Blaeja (1420m) en prenant le bac de Saebo pour quitter notre fjord et remonter  depuis le ponton de Lekneset où le bus nous a conduit par Oye jusqu’à Fivelstadhausen (394m) où nous avons chaussé les skis jusqu’au sommet. Une journée inoubliable, sans bouleaux, sans portage et même sans la moindre conversion sur une neige où nous nous sommes cru devenus de bons skieurs !

   Il fallait bien conclure avant le vol de retour, alors nous sommes revenus dans cette vallée de Kvistadale pour la 3ème fois et au lieu de revenir au Skarasalen (que nous ferions les yeux fermés, à cause de l’intensité du soleil !) nous gravissons son jumeau le Fivelstadhaugen (1374m) où nous faisons « piste » commune avec une équipe de skieurs suisses du canton d’Uri arrivés hier à Saebo sur leur beau voilier. A la descente nous tombons sur un journaliste qui monté à skis nous attendait « pour interwiouver « ces Français venus de si loin pour effleurer les neiges du pays des Trolls. « Il tint parole, et  quelle ne fut pas notre surprise le lendemain, à l’aéroport de Vigra, de voir un article avec photos sur double page, sur la feuille de chou locale plus épaisse que les feuilles économiques du Monde.

 

   Moralité  QUAND NOUS REVIENDRONS NOUS COMMANDERONS UN BEL ANTICYCLONE

                    Et nous nous munirons de jumelles à infrarouge pour découvrir une famille de Trolls qui parait il sont plus inapprochables que nos farouches DAHUS.



10/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 215 autres membres