la balade de ZERØ à l'infini

la balade de ZERØ    à l'infini

les Açores

Pour nous autres terriens du continent ouest européen, l’anticyclone des acores influence notre météo quand ce n’est pas nos humeurs. On l’associe au soleil et au beau temps .

Pour les marins de l’atlantique, il doit être géré et surveillé comme le lait sur le feu. Selon sa position, il nous aide ou nous retarde dans nos traversées.

En mer, en qui nous concerne, il nous a été favorable lors de la traversée des Bermudes aux Acores. Positionné dans notre sud, sur toute la largeur de l’atlantique, il repoussait dans notre Nord les dépressions. Selon les lois de la météo, ensemble, ils nous ont créé un étroit couloir de vent ultra favorable d’ouest à Sud-ouest, modéré à assez fort qui nous a propulsé à vive allure. En général, on bénéficie de cette situation avec une seule dépression : comme elle avance plus vite que nous, on l’utilise 1 jour ou 2 , 3 maxi, puis c’est la pétole. Là, grâce au potentiel de vitesse de Zero, et grâce à la présence d’une 2 eme dépression qui suivait la 1 ere, nous avons été gâté.

 

En arrivant aux acores, nous n’avons plus suivi les phénomènes météo qui se déroulaient autour de nous. Aussi, je ne sais pas ou il se trouvait ce fameux anticyclone, mais en tout cas, on a eu un sale temps pendant 15 jours à Horta.   J’avais prévu 1 semaine de marge pour recevoir la famille Boisselier aux Acores. Mais comme nous avons mis 7 jours de moins que l’estimation, on a poireauté à Horta pendant 15 jours.  Avec un temps de cochon.

 

On en a bu des canons, on la connaît la rue principale, on est connu chez Peter. A la fin, on connaissait tout le monde. Pratiquement tout les bateaux rencontrés par ci, par la, entre le Brésil et les Antilles passent par Horta. On les a tous retrouvés, ou presque. Même des bateaux que nous ne connaissions pas mais qui nous connaissaient de bouche a oreille. On a même accueillis sur le ponton des bateaux partis avant nous…  On connaissait tout le monde. Cette année a été météorologiquement difficile, nombre de bateaux sont arrivés avec des problèmes techniques quand ce n’était pas sans leur mat. Un jour, un gros ketch s’est même retrouvé à la cote à 2 milles de l’entrée du port. Le couple s’est endormis a qques heures de l’arrivée. Le bateau s’est disloqué sur les rochers durant 3 jours. Impossible à sauver. Tout l’intérieur s’est répandu sur la plage et les rochers. Une horreur, à pleurer. Le couple a fini à l’hosto en état de choc et probablement blessé lors du débarquement en pleine nuit sur les rochers aiguisés comme des rasoirs. On a aussi fait connaissance du skipper d’un maxi yacht de 35 metres ‘’ Canova ‘’. Un bateau de plusieurs millions d’euros propriété d’un ‘’pauvre’’ italien vivant en Suisse. Le proprio qui avait quitté le bord qques jours auparavant avait eu un coup de foudre pour ZERO. Ils nous avait vu aux Bermudes et voulait absolument le visiter. Mais il est parti avant que nous arrivions à Horta, et c’est le skipper qui est venu a bord. Réciprocité,  nous avons passé une après midi entière à bord de ce monstre qui se pilote du bout des doigts. Que des boutons qui commandent les moteurs hydrauliques. Superbe mais pas pour nous !

 

 

A l’autre bout de l’échelle, il y a eu Bro warock, un ancien langoustier de 18 mètres qui, malgré ses 2 mats ne marche qu’au moteur. Il a mis 18 jours pour faire la traversée. A bord, 3 jeunes et un skipper. 3 jeunes à la peau dure. Le bateau se traîne a 5 nœuds, pas de pilote, il fuit comme un panier percé, tout est en permanence humide a bord, y compris les couchettes. La bouffe ne semble pas terrible hormis une monstrueuse cargaison de paté Henaff, l’un des sponsors.

 

 

 

Enfin, Fanfan, qui avait quitté Les Bermudes 4 jours après nous et qui sont arrivés 10 jours apres . Nos routes se sont croisés une dernière fois ici. Eux repartent vers Mortagne en Atlantique, nous a Séte.  Derniers verres chez Peter ensemble .

 

 

 

 

Le  dernier jour à Horta et juste avant l’arrivée de la famille Boiss.., on a juste bénéficié d’une petite éclaircie pour réaliser notre dessin. Ne pas laisser sa trace sur le ponton de Horta pourrait porter malheur. Stephane avait fait, il y a pas mal de temps un croquis qui nous a servi de modèle. Il est maintenant apposé sur le sol de Horta , a coté de Zed et de Matins Bleus. Je suis content, on peut partir serein.

 

 

 

 

Nous avons donc accueillis, Gilles et moi , la famille Boisselier. Le papa Tonio, la maman Mela et les 2 filles, Louise et Ines de 4 et 5 ans. Champion de parapente et de delta, Tonio rêvait de venir aux Acores, un spot réputé.

Comme nous étions un peu saturé de Horta, nous n’avons pas traîné. Le lendemain de leur arrivée, cap sur Terceira. 12 heures de nav avec un bon vent durant lesquelles nous avons géré les seaux entre 2 raouls et 3 vomitos. Les petites n’ont que moyennement apprécié.

Heureusement que qques bancs de dauphins sont venus divertir ce petit monde .

 

A Terceira, nous avons retrouvé Fredoya. Ils venaient de régler toutes les merdes qui leur étaient arrivés durant les 30 jours de traversée direct depuis cuba!!  fuel, tangon, barre a roue… et j’en oublie avant de repartir pour la Norvège via l’Irlande et les Shetlands. Les soucis techniques, ils les ont cherchés : ils n’ont jamais fait de dessin sur une jetée de  port des Acores comme le veut la tradition !!  Les marins sont superstitieux.

 

 

Lors de notre séjour dans l’île de Terceira, nous étions bien à l’abri dans le charmant petit port de Praia de Vitoria. Loc de voiture, visite de l’île, et Gilles s’est initié au parapente. Au milieu des vaches, les pieds  dans les bouses il a réussit à voler 40 mètres en 5 ou 6 fois .

Mais je le sens bien motivé pour poursuivre.

 

 

Nouvelle petite nav de 24 heures entre Terceira et Sao Miguel. A nouveau quantité de dauphins. Loc de voiture, visite de l’ile, vol de parapente … Préparation du bateau, débarquement de Mélanie et des filles, embarquement de Dom, Laurent, et Hervé.

 

Durée prévue jusqu’à Gibraltar : 5 à 7 jours.

 

allez, je ne resiste pas , si vous vous vous marrez, allez faire un tour sur le blog de Gilles , equipier assidus sur ZERO : le blog de gilles

 

 

 Plus de photo ici : photos des acores



08/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres