la balade de ZERØ à l'infini

la balade de ZERØ    à l'infini

Vers le Nord

Samedi 27  Mars. Apres une journée de navigation tranquille au moteur et dans la brume, nous arrivons a Saebo , un petit village au fond d’un fjord par 62.20 N  et 6.47 W , connu pour ses lieux de randonnée. Nous arrivons en milieu d’après midi ; on s’amarre à un ponton de bois et il règne aussitôt sur le bateau une  activité intense. Les montagnes enneigés autour provoquent des fourmis sous les pieds des 3 jeunes venus faire du ski en Norvège. Ils ont de la TNT dans les jambes et rapidement, les skis sont sortis de la soute. Eux aussi s’ébrouent et semblent  réclamer leur dose d’altitude.  

 

 

 

 

 

Les peaux de phoques sont préparées, les arvas (appareil de recherche des victimes d’avalanches) sont contrôlés. Bref, me voila pris d’une angoisse naissante. Je vais devoir y passer mais mon état de forme et mes 95 kgs me laissent inquiet. Je vais devoir les suivre, enfin essayer. D’autant que dans son élan, Nathan remet en état les carres de mes ski, plutôt rouillés après 3 ans d’inactivité. J’ai pourtant tout essayé. Nathan, encore,  découvre ses ski ‘’ fusillés’’, une carre enfoncée. .  Trop heureux, je lui propose les miens.

-         ‘’ non, non, ils vont bien tenir encore quelques jours’’. Mince, Raté.

La météo pour le lendemain n’est pas très engageante : pluie. Le soir, barbecue de sardines ( 300gr chacune ) sur le ponton. Voila une ambiance portugaise par 4 degré de température.

 

Dimanche 28  Mars. Je suis heureux, j’ai le bon prétexte pour ne pas y aller : Il pleut. Nathan, Manu et Myriam se lancent seuls dans une petite randonnée de remise en route. 3 heures plus tard, les voila revenu, en pleine forme après 500 mètres de dénivelés. La météo pour demain est meilleure. Les cartes et autres topoguides parlent, une vallée est repérée. Facile et safe parait il.  Bon, on verra bien.

 

Lundi 29 Mars.

Réveil de bonne heure. 7 heure (avec le changement d’heure).  J’ouvre un œil, il neige. Super, voilà à nouveau une bonne excuse. Mais la neige ne semble pas freiner leurs ardeurs.  Tout le monde s’agite dans le bateau, christophe a décidé d’y aller aussi.  Devant l’insistance et la gentillesse de tous, je me sens obligé. Il y a 10 cm de neige sur le bateau. Tout est blanc autour de nous, sauf la mer et les dérives oranges de ZERO. C’est beau, mais le temps est bouché.  Puis vient le moment incroyable : Lunettes, gant de ski, chaussures de ski au pied, on enjambe les filières du bateau. Gaffe de pas tomber, l’eau est froide, 5 °, et chaussé de chaussure de ski, je ne donne pas cher de la peau du plongeur.

 

10 minutes de taxi plus loin et 30 euros de moins en poche, on est au départ de la piste.

 

Sympa les jeunes, ils m’ont attendus. Certes le début était facile, pente légère mais permanente sur 500 mètres de dénivelé en tout. Mais j’ai tout de même abandonné après 1 heure 30 de montée, au bord de l’apoplexie. Eux, continuent, et je les attends près d’un chalet, trempé, et épuisé, trop heureux de pouvoir souffler un peu.

Le cœur à 180, la montée a été belle, à travers le brouillard. Il m’a fallu un moment pour réaliser qu’il s’agissait de la buée sur mes lunettes. En transpiration, avec le froid,  la buée est permanente sur mes lunettes.  Enfin, la redescente en 15 minutes m’a laissé les cuisses en feu.

 

 

 

 

 

 

Va falloir que je m’entraîne sévère.

 

Demain, a priori, grand soleil, mais il y a vraiment trop de bricolage a faire sur le bateau …..



25/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 212 autres membres