la balade de ZERØ à l'infini

la balade de ZERØ    à l'infini

terre

 

Derniers bords pour ZERO et son équipage. Mais pas la plus agréable des navigations que cette ultime virée entre Sao Miguel ( Acores) et la France. La première partie a été assez rapide entre Punta Delgada et Gibraltar. Une allure de reaching ( à 60° du vent) avec pas mal de zef. A cette allure, Zero est  assez rapide mais est bien gité. Et vivre 24 heures avec 25° de gite, ca va , c’est même marrant ; mais au bout de 3 ou 4 jours, on ne rigole plus de tout . Et devoir tout gérer en étant penché s’avère pénible. Dormir, cuisiner, aller au toilettes, et donc vivre devient energy et chronophage.

 

 

 

Toujours des dauphins quotidiens que Antoine mettra en boite (cinématographique), mais rien au bout de la ligne à se mettre sous la dent.

Puis on vire Gibraltar. De nuit, on ne verra donc rien de cet anglais cailloux. On passe pourtant le détroit uu milieu d’une quantité incroyable de bateaux.

 

 

 

 

Almeria nous accueillera pour 3  jours pour cause de vent fort. On laisse passer l’orage, enfin le coup de vent et puis moteur évidemment pour cause d’absence de vent. La Med est fidèle à sa réputation, c’est tout ou rien. Petite pause de quelques heures a Ibiza pour déjeuner et se baigner (version officielle), pour voir si les belles sont toujours là ( version officieuse).

Et pour cette version officieuse, desappointed . Comme le dit Hervé, Ibiza, ce n’est plus ce que c’était…  Beaucoup trop de textile. A cette occasion au mouillage a Formentor, on jette l’ancre au milieu de dizaines de bateaux ( des centaines ?). Cela faisait longtemps que ZERO n’avait pas vu autant de bateaux. C’est l’été et c’est la med.

Dernière grande ligne droite entre Ibiza et la France. La météo n’est pas top. Peu de vent au début, puis un petit Sud Est inespéré qui nous propulse agréablement entre Ibiza et le cap Creu et enfin un BMS ( Bulletin météo Spécial) avec avis de vent fort pour la traversée du golfe du lion. Pour le coup, la dernière nuit a été plutôt humide. Jusqu’à 45 nœuds au près entre le Cap Creu et la Gde Motte. 3 ris, trinquette et des vagues qui escaladent le pont. C’est un peu la guerre dehors. Mais ZERO est ultra sécurisant et on passe sans encombre.

 

 

 

A ce  propos, au retour, beaucoup m’ont demandé si j’avais subit des tempêtes. En fait, outre le terme scientifique qui régit l’echelle de beaufort, tout est relatif. Tout dépend de la taille bateau, de son équipement, et de l’équipage. Par exemple, pour un 8 mètres avec des débutants, la tempête commencera à force 5. Pour un mini de 6,5 m avec un semi pro à bord, ce sera vers force 7 ou 8. Mais en réalité, pour tous, la tempête, c’est quand on ne gère plus la situation. Quand on subit. Et bien, en ce qui me concerne avec ZERO, en 4 ans, je n’ai jamais eu ce sentiment. Toujours, j’avais une solution en tête au cas ou …..

Tout de même, Eole et son pote Neptune auraient pu s’abstenir de nous faire passer cette ultime épreuve. Ils étaient surement de mauvais poil.

 

MAIS : petite satisfaction  pour l’équipage :

* Laurent et Antoine qui étaient venu pour faire de la voile ont eu leur dose

* Hervé qui voulait se laver la tête pour ses congés bien mérités a eu un bon lavage de cerveau.

* Gilles qui, je m’en rend compte maintenant a été celui qui a passé le plus de temps sur Zéro a enfin eu son vrai coup de vent.

* Seule Dom aurait pu regretter d’être là. Elle qui a passé la première semaine sans quasiment sortir la tête de sa couchette. Juste pour satisfaire des besoins naturels rendus minimes par les 3 ou 4 tranches de pain avalés en 4 jours…. Mais non, elle ne semble pas en avoir gardé un si mauvais souvenir.

 

Pour le retour de ZERO en France, il avait été  prévu une petite fête. La météo a quelques peu perturbée la belle organisation. Le coup de mistral nous a emmené sur un seul bord  jusqu'au fond de la baie d’Aigues Mortes.  Et comme nous n'avions pas envie de tricoter des bords au près,  e ne sera donc pas Le Cap d’Agde mais la Grande Motte.

Nous devions arriver le dimanche, et nous avons anticipé au samedi parce que le dimanche, c’était encore plus fort.

 

Belle célébration donc pour le retour de Zéro. Merci a tous.

 

 

 

Dernière petite croisière tranquillou pilou pilou à Porquerolles. Zéro se mêle aux bateaux locaux. Il fait un peu tâche au milieu de tout cesBeneteau,  Jeanneau et autres Dufour. On était plutôt habitué à croiser des ovni, des bateaux en acier, des panneaux solaires, des éoliennes. La , c’est plutôt ambiance camping, pastis, rosé chez tout nos voisins . Enfin, …..

 

 

 

 

Et puis un ultime week end avec les familles Tardieu et Moural. Et ce n’est pas exagérer que de dire FAMILLE. Chez eux, famille, ca veut dire, le papa , la maman et les 3 filles . Avec Marie a bord, me voici donc avec 9 filles et 2 garçons. Du jamais vu. L’utilisation des WC , déjà pas simple, c’est passablement  complexifiée avec toutes ces pisseuses ! Mais bon, pas de  caca, pardon, de cata . Ni de vomito d’ailleurs.

 

 

 

Et enfin, les derniers milles avec Johanne la fille deChristophe, et Lionel son ami, ZERO a passé les pont de Séte et à rejoint ce qui sera son lieu de repos et de remise en forme pour quelques mois . Il est mis au sec chez NAVIBOIS à quelques mètres de là ouChristopheavait laissé ZED il y a 7 ans. L’image du père de Johanne, de mon pote Christophe n’est pas loin. Je suis certain que de la haut il regarde, et il est fier de son bateau.

 

 

 

Plus de photo : photo de ''terre''

 



10/08/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 211 autres membres